La princesse

Dans mes premiers souvenirs de cinéma il y a Scarlet O’Hara, qui esquisse un pas de danse, dans sa robe de veuve. « Les choses sont plus compliquées qu’elles n’y paraissent. » me chuchote-t-elle. J’ai six ans.

Il y a Robin des Bois, échappant aux gardes du prince Jean, tellement beau, tellement leste, sous son chapeau vert, à l’ombre de son sourire. « Tu seras beau si tu es courageux », me chuchote-t-il. J’ai six ans.

Il y a un chasseur de primes, tenant en respect un extra-terrestre obèse et tous ses hommes de main, parce qu’il n’a pas peur, parce qu’il est courageux, parce qu’en fait, c’est une femme, c’est la princesse Leia Organa.

Non. C’est la princesse.

Aujourd’hui, la femme qui prêtait son visage à la princesse est morte et je suis triste. Plus que de raison quand on est un homme de trente-quatre ans qui vit dans un monde où pleuvent les bombes. Mais Carrie Fisher n’a pas emporté avec elle une part de cette pop culture si chère à la génération Y et aux publicitaires.

La Princesse a emporté un peu de ma force.

Un peu de ma force parce que le dimanche soir, quand je n’avais pas envie de retourner au collège, rapport aux trois mecs qui avaient promis de me casser la gueule, il y avait Le retour du Jedi à la télé, et c’est quoi ce film, sinon l’histoire d’une princesse qui mène la rébellion à la victoire, tandis que des mecs beaucoup trop sérieux pérorent dans leurs habits noirs ?

Un peu de ma force parce que L’empire contre-attaque. De tous les Star Wars, mon préféré. Parce qu’il y a le passage où les héros sont coincés dans le vaisseau, et qu’il ne se passe rien. Rien que l’attente et le bricolage des machines. Pourtant je jubile, je voudrais que ça ne s’arrête jamais. Et des années plus tard, quand pour la première fois je décide d’écrire, je me promets que mes mots animeront avant tout des personnages. Parce que j’aurais pu rester des heures, à vivre l’attente de la Princesse et sa lente histoire d’amour avec le scélérat.

Un peu de ma force parce qu’Un nouvel espoir. Je suis prof et je montre à mes élèves Carrie Fisher qui s’éclate à jouer une princesse au secours de ceux qui se voudraient ses chevaliers. À chaque fois ça fonctionne. Les plus blasés rient ou applaudissent. « Il faut bien que je vous sauve la vie. » aboie la Princesse, dans l’enthousiasme général de la salle 213.

Un peu de ma force parce que c’est un matin froid à la Villette. Avec ma soeur, pour la première fois, je me sens adulte, je l’amène voir l’exposition Star Wars. Je suis fier de l’accueillir et de voyager avec elle dans nos souvenirs de frère et soeur tandis qu’on rigole devant la foule qui se presse autour de la vitrine où est exposé un célèbre bikini doré.

Un peu de ma force parce que la princesse est l’une des présences fantomatiques qui m’entoure. Oui, j’ai trente-quatre ans, je devrais avoir honte, mais quand les choses sont trop dures, d’abord me viennent en tête les grandes figures, les archétypes : le mage gris, l’aventurier, la sorcière ou la princesse. Scarlet O’Hara, Robin des Bois, Leia Organa. Qui me rappellent qu’on peut être beau, qu’on peut être insolent, qu’on peut être courageux. Peu importe que ce soit fiction, ce qu’on appelle la réalité n’est qu’un tissage d’histoires autrement plus médiocres.

Aujourd’hui, Carrie Fisher est morte et la princesse de mon monde intérieur s’est figée. Elle continuera de me suivre, bien entendu. Mais elle ne sera plus que le reflet de mon monde intérieur. Plus jamais je ne croiserai une photo d’elle les rides en bataille et le regard victorieux. L’air de dire qu’au fond, le temps qui passe n’est rien, si l’on garde en tête que l’on doit être beau, et courageux, et insolent, et courageux.

Adieu, Carrie Fisher. Merci de m’avoir donné la Force, merci d’avoir incarné la princesse. Merci d’avoir été une personne et une légende. J’ai quelques-uns de vos atomes à la cervelle. Et dans tout ce que je tente de créer.

Merci.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s