Je ne m’arrêterai plus d’écrire

Je ne m’arrêterai plus d’écrire.

Comme tout ce qui est décisif, ça a germé sans bruit. Une pensée qui perce le sol, traverse le chaos des mots épars et se déploie. Une pensée qui n’a pour elle ni la solennité ni la majesté des serments. Une pensée qui n’a d’existence que parce qu’elle est parfaitement juste.

Je ne m’arrêterai plus d’écrire.

« Ton noyau incandescent n’est pas dans la musique » ai-je dit hier soir. Je n’ai pas compris pourquoi je t’avais dit cela. Je m’en suis voulu. Et du coup, j’ai retourné ce que j’ai cru être une arme contre moi. « Ton noyau incandescent n’est pas dans l’écriture. » me suis-je murmuré, tout au long du trajet du retour. Et cette phrase lancée à pleine vitesse ne m’a pas fait mal. Elle a résonné. Long et grave. Basse. J’ai un peu réfléchi. Je n’ai pas compris. Et puis le lendemain, cette pensée qui était là. Enracinée sans adverbe.

En vérité, ce qui se trouve en moi est magma. Couleurs violentes et criardes qui s’écrasent sur le gris de landes immobiles. Images, sons. Distorsion. Secrets, toujours honteux, toujours misérables, qui errent en silence à la recherche de leur reflet.

Mon noyau incandescent n’est pas dans l’écriture. Mais c’est par l’écriture que je peux avec lui dialoguer. Qu’enfin je dialogue avec cette entité qui s’appelle moi.

J’ai commencé à écrire pour réparer une histoire que je croyais cassée. L’outil m’a paru utile. Thérapeutique même. J’ai joué avec, ai expérimenté. L’ai laissé traîné dans un coin, repris en main. Sans voir les traces qu’insensiblement les mots laissaient. « J’écris parce que tout le monde peut le faire. », souvent j’ai dit. Ce soir encore j’en suis persuadé.

Mais peu importe.

Ce soir-là, le long du trajet du retour, j’ai enfin franchi la barrière. Je ne m’arrêterai plus d’écrire parce que mes mots sont acte de liberté. Parce que je peux le faire, parce que des lignes, émerge ma silhouette, parce que c’est là que je forge le sens.

Je ne m’arrêterai plus d’écrire. Trop tard.

Enfin.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s