Clara

On aime Le Seigneur des Anneaux, on aime La recherche du temps perdu, on aime Les travailleurs de la mer, on aime Ilium, on aime Olympos, on aime Fondation, on aime Dune, on aime Dix petits nègres, on aime Bob Morane, on aime Final Fantasy VII, on aime Chrono Cross et peut-être même Harry Potter pour une seule raison.

On y est seul.

Bien sûr d’autres ont lu, d’autres ont vu les films. Les pauvres. Ils sont bien mignons mais ils ne comprennent pas. Ne comprendrons jamais. Et peu importe qu’on parle avec eux, qu’on échange, qu’il existe des myriades de forums, des centaines d’essais consacrés à ces mondes-là. La certitude est là, inébranlable : personne ne comprendra jamais ces univers que moi. Ces personnages ont été crées pour moi, par moi presque. Après tout, qu’est-ce qu’il a fait, Tolkien, sinon donner forme à ce rêve qui traîne en moi, qui manquait juste un peu de mots ? Il y a mis un copyright. Et Arwen aussi, je n’y aurais pas forcément pensé. Mais tout le reste c’est moi.

Et si on aime le Docteur, si chaque semaine on voyage en TARDIS, c’est parce qu’il a compris lui aussi, le Seigneur du temps. Son vaisseau est grand, si grand à l’intérieur qu’il accueille des cohortes, dont pas un seul de ses membres ne va gêner l’autre. C’est juste lui, moi, et ses compagnons. Et comme Gilliat, Hockenberry et Paul Atreides, le Docteur nous rentre en tête pour ne pas en sortir. Ses voyages restent en périphérie. Toujours. Même lorsque je mime l’hypocondriaque Argan devant une classe de Cinquième éberluée ou que j’applaudis un Quatrième qui tempête sur le lyrisme parfois gnan gnan de Victor Hugo.

Les histoires grandissent.

Et ces derniers temps, le Docteur nous a planté un mystère. Clara. Clara bien sûr. Comme à douze ans on / je sautille, on / je sautille, on / je trépigne. Parce que ce mystère est énorme, qu’il obsède, que merde, même entre deux documents administratifs, on pense à une SERIE TÉLÉ – honte au front – et que la perspective de ce mystère fait sourire.

Seulement on / je n’a plus douze ans, on / j’ai appris quelques petits trucs.

Que samedi la fête sera finie. Qu’on va nous révéler la clé de ce mystère qui nous serre à la poitrine. Que ce sera sans doute malin, certainement décevant.
Et puis on regardera autour de soi.
Ce ne sera pas grand-chose. On aura peut-être un peu honte de s’être enflammé pour si peu, allez. C’est rien qu’un divertissement pour britanniques et autres pervers anglophiles. Pas de quoi se mettre dans des états pareils, la fête est terminée, faut ramasser les restes de baudruche qui parsèment le sol et préparer le contrôle de mardi matin. Et peut-être essayer de se souvenir, aussi.

Que le mystère était très beau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s