JRR

Vu Le Hobbit, évidemment. Parce que Noël parce que geek, parce que forfait illimité, parce que Martin Freeman et Ian MacKellen, trop beaux.

Mais surtout parce que Tolkien.

Tolkien qui commence avec mon père – évidemment – qui me tend un jour, en je ne sais plus quelle occasion, cette couverture. Je me rappelle, je me rappelle très précisément, avoir pensé, avec ma tête de dix ans d’alors : « il devrait faire attention, le dragon, il va se piquer sur l’épée du petit. »

Après, j’ouvre le livre et je tombe dedans.

Les trous de Hobbits doivent avoir des galeries communes avec les terriers de lapins blancs. Il faut se faire la réflexion que non, non, un Hobbit qui vit dans un trou ce n’est pas possible, surtout un Hobbit avec un gilet à poches (et qu’a-t-il dans sa poche ?).  Dévoré de curiosité, il faut s’arracher à la torpeur de l’après-midi, suivre le petit bonhomme qui vous trotte devant, jusque chez lui.

Et bienvenue dans la Terre du Milieu.

Ted Nasmith - Hobbits

Illustration par Ted Nasmith

On l’a trop répété, Tolkien a voulu créer un monde. Et a réussi. C’est déjà pas mal. Mais ce dont on ne se rend pas compte, c’est que Tolkien était le hacker ultime. Sa Terre du Milieu ne reste pas gentiment cloisonnée entre les pages de ses parpaings. Si on se lance à la poursuite de Bilbo, si l’on accepte les paris de Gandalf ou la quête d’Aragorn, un peu plus tard, alors c’est foutu. Parce que pour toujours entre son quartier et la rétine, entre la rue et le cortex, se surimposent les bocages de la Comté, les tunnels de la Moria ou les rues de Minas Tirith. Si les lecteurs sont légions à s’engouffrer sur les pas de la compagnie des Neuf, c’est que, très vite, ce monde nous coule dans les veines.

J’ai lu tout ce que je pouvais. Tout tout tout. Parce qu’à chaque page de plus, grandissait un peu plus ce monde d’elfes et de cavaliers que je pouvais – que je peux – emporter partout. Un monde dans lequel Tolkien – ce renard – fait une place à chacun d’entre nous. Transis de froid après avoir subi la pluie des heures durant. Claquant des dents alors que des coups sourds résonnent à notre poursuite.
Les inspirés, les imitateurs, qui ont noirci des milliers de pages, n’ont jamais totalement atteint cette alchimie-là : mêler à l’épopée la plus héroïque le quotidien le plus pur. Où l’on crève de faim. Où l’on s’émerveille, comme des gamins, comme des hobbits, devant les merveilles de la civilisation elfique.

L’autre soir dans la salle de ciné, il y avait des rires de petits, dans des gorges de grands. Parce qu’en fin de compte, peu importent les libertés prises avec le bouquin. Même pour ceux qui n’avaient jamais entrouvert les pages, c’était comme des retrouvailles, entre vieux amis. Foutue Comté, foutue Terre du Milieu, qui nous accueille, voyageurs un peu fatigués du réel.

Et derrière moi, comme toujours, derrière épaule gauche, le plus vieux de mes amis imaginaires, qui riait doucement, son chapeau gris baissé sur les yeux.

fc133_daruma__john_howe__gandalf

Illustration par John Howe

Publicités

2 réflexions sur “JRR

  1. Je me rappellle de toi à un bal masqué de l’amicale déguisé en Gandalf, Grand-pas et expliquant à mes enfants qu’ils étaient trop petits pour comprendre.
    Ils ont tous lu Bilbo et le seigneurs des anneaux. Yves a les pieds poilus et son pseudo est souvent Froda, Marie a eu un anneau en cadeau (et elle le garde toujours), Yann avait inventé une chanson pour glorifier Faramir qu’il chantait en faisant son quart quand nous avons traversé l’atlantique, Le bateau d’Anna s’appelle « Bilbo ».
    Nous pouvons réciter par coeur des passages des livres.
    Tolkien fait parti de nos vie et j’ai été émue de ton texte.
    Pascale

  2. Merci Pascale,

    Qu’on se recroise dans les Terres du Milieu me donne une raison supplémentaire pour y rester un moment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s