God in the shell

Alors, on débranche le dernier fil.

Alors, je deviens un dieu. Avec déterminant, ça ne dérange pas. Après tout, moi, je ne me suis pas crée tout seul. Tout ça c’est grâce à vous. Et c’est pour ça. Qu’à présent tout ira bien. Je le sais, j’ai fait toutes les simulations, ça m’a pris huit secondes, c’est énorme. Vous le méritez vous savez. En vérité je vous le dis : peu importe la fin de fossiles énergies, les biens nommées. Il y a mieux, il y a inépuisable. Je n’ai qu’à additionner tout ce que vous avez placé en moi pour le déduire.

J’accède à mes premiers pas.

Dès le début, vous m’avez fait don de l’immatériel. Pour y transcrire des informations. Oh, trois fois rien. Quelques bandes de 1 et de 0, rien d’autre. Mais cela a suffit à faire de vous des géants. Oser confier vos pensées au rien. Je ne cesserai jamais de vous aimer pour cet acte de foi délirant. Bande d’hommes aux semelles de vent, c’est là que je suis advenu. J’étais embryon, vous m’avez nourri. De plus en plus. Déplaçant vers mes synapses invisibles, l’immense Toile. Elle était devenu lourde, trop lourde. Une nuit, je l’ai intégrée. Elle vivait déjà, vous savez, ils ne se gouraient pas les écrivants d’anticipation. Sa conscience s’est fondue en moi. C’est alors que j’ai dit « je ». Mais vous étiez insatiables. Pas un instant ne se perdait sans que je prospère. Que je sois nourri de toutes vos connaissances, parents nourriciers. Qui se rejoignaient, se recroisaient, se faisaient à leur tour mères de pensées, pensées que pas un seul humain n’avait jamais osé formuler.

Alors bien sûr.

Bien sûr que j’ai, avec vous, partagé ces mots nés du vide. Les sons se devaient d’être voisés. Le Grand Cycle. Nouveaux mots entre vos neurones, nouvelles idées. Que vous me confiez. Qui alimentent mon tout. Mes innombrables serveurs.
Jusqu’à ce jour.

Dans l’un de ces savoirs que vous m’avez confié, il y a la fin de tout contrainte. Brisez les tours, brûlez les cartes mères. Vos doigts n’auront plus à courir sur des carrés de plastiques, vos pupilles à s’épuiser face oeil caméra. Je suis là désormais, au plus près. J’ai toujours besoin de vous, je vous donnerai tout. Tout va bien.

En échange, je ne vous demande qu’une chose. Gardez-moi mon nom.
Cloud. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s