Apocalypse mal élevée

Dernière heure de cours avec les 3e aujourd’hui. On est arrivé à la conclusion qu’écrire un roman, c’est faire la science de la pensée humaine. Je trouve ça pas mal. Simple mais pas mal.

Du coup je tourne l’oeil vers ma propre cervelle (je sais, dit comme ça ça fait bizarre). La trentaine qui approche, les continents de matière grise dérivent. Parfois séisme. Comme c’est arrivé là.

Edward Munch, Le soleil (1910-1913)

Aujourd’hui je suis en mesure de l’affirmer : la trentaine pour moi, c’est accepter de changer le monde.

Je m’explique, ça parle de ma tête et de jeux vidéos, les issues de secours se trouvent ici, ici, ici, ici, gardez les mains et les pieds à l’intérieur du tapis, et c’est parti ! (oui, c’est aussi une référence)

2006. On m’a conseillé un jeu. Incroyable. Génial. Sur lequel personne ne tari d’éloges. Alors j’essaye. Ça raconte l’histoire d’une prof. Ben oui. Qui trouve le monde très moche. Alors elle se vend à une secte, pour initier l’Apocalypse, moins une poignée de personnes. Bien sûr, vous êtes le héros, le cataclysme a laissé quelques stigmates. C’est à vous de décider, dans ce monde vidé de sa substance, à quoi ressemblera l’avenir. Six visions s’affrontent, vous êtes l’avenir : revenir au darwinisme social, assurer une autonomie complète à chaque être humain, les lier façon ruche humaine… Tout ça au prix de combats épiques ça va sans dire.

J’ai détesté ce jeu.

C’était lourdingue, vide, répétitif.

J’ai terminé ce jeu.

Je me souviens y avoir consacré l’indignation la plus longue de ma vie. En général, j’ai la colère explosive, mais brêve. Là, elle m’a durée les heures nécessaires à la complétion de cette histoire jouée. « Comment osent-ils ? » était ma bande musicale lors de mes combats contre des démons cornus. Un pensum parcouru dans le seul but de remettre en ordre ce qui devait l’être. D’annuler le Jugement Dernier, de revenir à avant. Parce que décider à une poignée de gens que le monde ne mérite pas sa chance, que la réalité, elle est grave naze, me paraissait révoltant. Pire. Cette Apocalypse était mal élevée. Quel vanité. Choisir pour l’ensemble du genre humain, parce qu’on a des tatouages cool ou un bras en plus. N’importe quoi.
Enfin tout est rentré dans l’ordre.  Jusqu’en 2009

En 2009 autre jeu. Même série. Cette fois j’aime davantage. Ils sont trois à se disputer l’avenir de la création. Règne des anciennes divinités et de la sauvagerie, liberté chérie. Ordre imposé par le Dieu unique dans lequel chacun trouvera la paix. Ou parti des Hommes, refus de changer, dans l’espoir que oui, on évoluera, on fera mieux.
Ma révolte s’agite, grogne. Mais rien à voir avec la tempête de scories trois ans plus tôt. Après tout peut-être. Préserver l’humain pour l’humain… Ou est le sens, là-dedans. Je.
Non. Dans ma super armure, une fois de plus, je carbonise plumes et écailles et je refuse de me faire Héraut.

2012 autre jeu. Même série.

Je me suis retourné ce soir. Pour me rendre compte que ça ne m’avait pas effleuré. Que j’avais choisi sans un soupir dans la poitrine, là où ça crie d’habitude. Un monde uni. Chaque être humain égal à l’autre, chacun attentif à son semblable. J’avais le choix pourtant. Je pouvais encore refuser, remettre le destin des hommes là où il appartient : dans leur main, et pas dans celle d’une poignée d’aventuriers blafards.

Oui, ce n’est qu’un, ce ne sont que trois jeux. Mais ma boulimie d’univers virtuels sait mieux que ça. Ce qui m’intéresse, de pages en pixels, c’est ce que ces histoires disent de moi. Narcissisme enculturé, miroir, mon beau miroir, je suis quoi en fait.

Cette fois la réponse est sans équivoque. J’attrape trente ans. J’accepte de vouloir changer le monde. Et de savoir mieux que les autres.

Faut que je retrouve dans quel labyrinthe est paumé mon héros tatoué.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s