108

Avertissement : Ceci est un billet hautement chargé en glucose, ayant le même genre d’effet que, lorsqu’un dimanche de déprime, vous vous matez une comédie romantique quelconque sous la couette histoire de ne pas sortir génocider le voisinage.

Ceci est l’un des moments les plus heureux de ma vie. Ceci est le moment où je me suis senti le plus moi de ma vie.

Retour en arrière (le premier qui me fait le petit bruit de Bref, je le ligote devant un lecteur CD bloqué sur Bambino bambino) : première année de classe prépa. Il s’est passé un truc bizarre cette année-là. L’espèce de bigorneau autiste que j’avais choisi d’incarner durant mes premières années s’est un peu ouvert aux autres. Sans doute parce qu’il s’est rendu compte que certaines relations humaines ne reposaient pas entièrement sur qui roulait le plus vite sur sa mobylette ou qui savait faire preuve de cette débilité cruelle qui ne se démode définitivement pas chez beaucoup de collégiens.

Ce sont des vacances scolaires, je ne sais plus trop lesquelles. J’ai découvert internet et phagocyté la ligne téléphonique parentale sans vergogne pour me faire des amis à coup d’attendrissants forums de discussions bourrés de pub (en parlant de trucs débiles qui ne se démodent pas) et de messageries instantanées. Suite auxdites discussions, un OVNI belge décide de faire le trajet jusqu’à la lointaine Bretagne pour me rencontrer. A l’époque, mes parents louent une immense baraque genre maison de médecin de campagne dans un bled paumé, même selon les critères du Finistère Nord. Autant dire que les folles nuits léonardes, c’est assez moyen au niveau de la gaudrioles. Je décide donc, dans un impressionnant élan d’inconséquence, d’organiser un genre de fête. Un genre. Parce que dans ma tête, une fête c’est assez flou. Je ne sais pas trop comment ça marche. J’en ai vu, bien sûr. J’ai été l’un des types au fond qui ne savait pas trop quoi faire de ses doigts quand il était invité. Donc dans ma tête, une fête était un truc où l’on réunit des gens qu’on aime bien. Point barre. Se sont donc trouvés réunis entre autres, mais pas seulement :

– Le fameux OVNI belge
– Un joueur de violon tombé de la lune
– La fille la plus extraordinaire de l’histoire de la création
– La soeur de la fille la plus extraordinaire de l’histoire de la création (qui ressemblait plutôt pas mal à l’idée que je me faisais d’une archiduchesse russe)
– Un judoka de deux mètres, seul être à peu près capable de me supporter à l’époque
– Une accordéoniste géographe ascendant surdouée
– Un type qui fait tout un tas d’études scientifiques compliquées, avec qui on pourrait partir en road-movie si on ne passait pas notre temps à se croiser (ce doit être parce qu’il a les yeux bleus)
– Une future présidente de la république, j’en ai l’intime conviction.
– Tout un tas d’autres personnes assez exceptionnelles.

Je me suis avisé à quelques heures de la fameuse fêteuh en question que la plupart de ces gens ne se connaissaient qu’assez peu voir pas du tout. Que de petits groupes allaient se former, que ça allait être un flop.

Ben en fait pas du tout. Il y a eu quelque chose. Genre effervescent. Où tous les membres de ce patchwork que je commençais à essayer de coudre se sont vus. Parlés souris. Et ça a ressemblé à n’importe quoi. Un fest-noz improvisé dans un salon. Un atelier cuisine avec ce qu’on trouvait dans les meubles. Le violonistes qui a pris six douches, une par heure. Mon futur partenaire de road-movie qui s’est allongé à même un sommier genre momie.

Et en plein milieu de ces agapes banales d’adolescents presque adultes, j’ai eu une pensée. Un truc à m’en faire péter la cervelle de prétention : « Je les ai reliés ensembles. Pour ce soir. »

Si j’étais un indien ou un héros de roman genre Seigneur des Anneaux j’aimerais bien que mon nom ce soit ça. Celui-qui-relie. Parce que ce soir là je me suis pas mal ressemblé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s