Nous sommes tous des prêtres morts-vivants





OU IL YA QUELQUE CHOSE DE POURRI DANS LE ROYAUME DU VIRTUEL

Dans l’univers coloré et tout polygoné d’Azeroth (univers virtuel dans lequel on interagit avec quelques milliers d’autres glandus qui n’ont pas de vie), je joue un prêtre mort-vivant. Dis moi ce que tu joues, je te dirais qui tu es. Il me plaît, ce tas de pixels. Il traîne son paradoxe avec un certain panache. Un cadavre fraîchement extrait du sol qui, malgré les asticots et la haine de s’être fait réveiller sans sommation, se met en tête de soigner et protéger des tas de chair encore vivants, ça me fait chaud au coeur. Ca change des chasseresses elfiques diaphanes ou des fiers guerriers humains.
Or donc, c’était un jour comme tous les autres sur la planète geek, et mon avatar vaquait à ses occupations habituelles – ressouder des tibias, recoller des mains, réduire des fractures, tout ça en appuyant respectivement sur les touches 1, 2, 3 de mon clavier (le tout à vous faire verdir de jalousie le premier Mark Greene venu) (il faut vraiment que j’arrête avec les incises) – lorsque je me fais tout à coup interpeler par un autre joueur, donc je retranscris ici la phrase en corrigeant les erreurs d’orthographe par respect pour vos splendides rétines. 
LUI (avatar virtuel beau, grand, athlétique et huilé au Lesieur) : Pourquoi tu soignes ?
MOI (avatar dont les côtes ressortent de la chemise, ce qui fait un peu désordre) : Plait-il ? 
LUI : Pourquoi tu soignes ? Tu es un mort-vivant. 
MOI : Je dois avouer que le rapport logique m’échappe…
LUI : Arrête de soigner !
Preuve de la supériorité incontestable des mondes persistants sur le notre, j’ai tout simplement signalé le nom de la personne dans ma liste d’indésirables et n’ai pas conséquent plus eu à supporter sa diarrhée. Que je croyais.

OU JE COMMENCE A SOUPÇONNER L’IDENTITE DE L’ELFE CON

« Michel DIEFENBACHER (UMP) à propos du rejet par l’UMP (sauf 7 députés) du projet de loi sur le mariage homosexuel : « Nous sommes contre l’homophobie mais nous ne voulons pas altérer dans l’inconscient collectif l’image et la fonction du mariage qui est une institution chargée de la protection du plus faible à commencer par la femme. »





Ca devait être la Saint homo aujourd’hui, parce que c’était un peu la fête… Concernant les femmes, c’est tous les jours leur fête, elles doivent commencer à avoir l’habitude. 

Donc postulons que sorti du royaume de Pécémac, notre elfe est député. Et réussit en une grosse phrase puant bien son clin d’oeil électoraliste à une certaine frange de la population et à Eric Zemmour à fouler au pied les quelques petits pas fait en avant quant au choix de faire ce qu’on veut de sa zigouigouette ou de son zigouigoui, du féminisme, et de la disparition de catégories débiles en général.

Ce qui est très fort, avec ce désaveu, c’est son manque total de subtilité. Ca n’est pas l’attaque méchante d’un dangereux extrémiste, non. C’est juste le rire gras d’un rustaud pas très malin qui s’exprime et allez, on ne va quand même pas lui dire de fermer sa gueule, hein ! On les aime bien les rustauds, ils ont le gros bon sens, et puis au moins, ils disent tout haut ce que certains pensent tout bas.

Par exemple que le mariage c’est quand même fait pour que les nanas n’aient plus à penser, vu qu’elles sont pas équipés pour.
Par exemple que les mecs ont un rôle à assumer, décidé de toute éternité, c’est comme ça et pas autrement.

Par exemple que les morts-vivants n’ont pas à soigner, puisqu’ils sont moches et puent. Un médecin ça sent bon le savon et ça inspire la confiance.


PENDANT CE TEMPS, A PENELOPE VERA CRUZ


On ne vous fera pas l’insulte de préciser que si vous pratiquez votre activité sportive à deux zigouigouis, ce reportage ne doit vous amener qu’à une chose : croiser les bras et vous exclamer : « Ben c’est ben triste ! »
Etant doté d’un minimum d’honnêteté intellectuelle, je me suis livré à quelques recherches au sujet de l’interdiction du don du sang aux homosexuels… Et là gare au déluge de chiffres et d’incohérences, il n’y a pas deux sites à être d’accord sur les risques, les chiffres, les contaminations et tout ça. Je vais donc, cette fois, faire appel à mon gros bon sens.
Il me semble que la seule certitude que l’on puisse avoir à ce jour concernant le don du sang est que chaque pochette est testée. Par conscience professionnelle, beaucoup, par peur qu’un nouveau scandale éclate, aussi, on peut penser. Ah si deuxième toute petite certitude : on a des voisins totalement inconscients. Des pays frontaliers qui, en plus de saper les fondations de la sainte famille mettent leur population en danger. Si si.  
Des pays qui permettent, peut-être aux morts-vivants de soigner les blessures du guerrier elfe viril… Ou de l’espèce de gnome verdâtre qui m’a tout simplement demandé une fois « Ca n’est pas un peu paradoxal, un zombie qui aide les vivants, même dans un jeu ? »
Ben oui. Mais c’est comme ça aider. C’est pour rien. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s