Va donc te faire mettre sur vibreur

Une fois n’est pas coutume, ce billet ne s’adressera qu’à une frange restreinte de la population. De moins en moins restreinte hélas. Je vais donc cordialement demander aux autres d’aller voir ailleurs si DSK y est. Tous. Les boulangers, les fans de Véroniques Sanson, les éleveurs de poules en plein air, les véliplanchistes, ma soeur, les religieuses en fin de vie – et en début – ainsi que l’Inspecteur Général des Finances. 
N’ont droit de cité ici que vous, et seulement vous. Oui je vous regarde. Je vous fixe, même, vous. Ce que l’humanité a engendré de pire depuis l’invention des spaghettis bolognaise en conserve : les gens qui écoutent de la musique sur leur téléphone portable SANS CASQUE.
Avant de commencer, je tiens à préciser que je ne suis pas quelqu’un d’éminemment violent. Je tiens la porte à mes voisins même lorsque leur hygiène corporelle est sujette à caution. Je peux traverser un concert des BB Brunes sans frapper qui que ce soit. Quand je joue à World of Warcraft, je pleure sans cesse sur les bestioles qu’on me demande de génocider sans raison valable (et pourquoi en tuer 7 plutôt que 6 ou 12, HEIN ?) Et, last but not least, je fréquente des collégiens en moyenne cinq heures par jour sans avoir jamais commis de meurtre. C’est te dire. Je suis pas Gandhi mais presque.
Mais vous. Vous. Vous que j’ai d’abord croisé dans le RER. Avec à la main votre déversoir à Black Eyed Pea, avec l’expression d’un patient fraîchement trépané. Au début j’ai cru que c’était une erreur. Que votre casque était tellement tout pourri qu’il laissait passer les 120 décibels que vous vous injectiez aux tympans. Mais en fait non. Vous vous contentiez de faire subir votre indigence sonore à tout le wagon. Et je précise que ç’aurait été du Stacey Kent, du Marylin Manson ou du Janis Joplin, ç’aurait été pareil. Et ne croyez pas que je ne stigmatise que les ados à mini-casquette au sommet du crâne et dont le jogging blanc et taches de sueur jaunâtres retombe aux genoux. Non. Vous êtes légion. Vous êtes la mère de famille qui fixe le vide la bouche ouverte pendant que ses gamins s’étripent. Vous êtes le BCBG aux dents longues qui rentre de son entretien d’embauche la cravate un peu de travers. Vous êtes la blondasse à racines apparentes qui se fait les ongles, un de chaque couleur, c’est plus chouchou comme ça.
En fait, vous m’avez fait comprendre. Ce que mes longues années d’utopie béate m’avait cachées jusque là et que ma sainte maman me serine à longueur de journée : les enfants, faut tout reprendre dans votre éducation. Et c’est par ici que ça se passe, d’ailleurs avant d’entrer, on dit bonjour à mon assistante, Mme Batte à Clous.
Pour commencer, ça dénote quand même un sacré manque de respect pour cette musique que vous devez aimer un minimum. L’écouter via l’ampli d’un téléphone portable, ça diminue – encore – la qualité sonore. Ouais, même à Christophe Maé, vous ne lui rendez pas justice. Mais en fait vous vous en foutez. Vous avez juste besoin d’un bruit de fond. D’un truc qui vous remplit les oreilles pendant que vous comatez. Comme un gamin avec son doudou. Seulement même lorsque ledit doudou est un bout de chiffon dégueulasse et amidonné par la bave du gnard, nous on n’est pas obligé de mettre le nez dedans et de respirer à fond. Tandis qu’avec votre diabolique machine, si. Vous vous soulez au bruit. Et ça vous rend laids, mais laids. Vous n’avez pas idée.
Ensuite, il y a le manque d’empathie. Et là, vous n’êtes même pas originaux, c’est un mal du siècle. Cette incapacité totale à se mettre quelques secondes à la place de l’autre. A se demander si vous, ça ne vous donnerait pas deux trois pulsions meurtrières de subir toute la discographie d’un groupe qui construit ses harmonies autour d’une note de synthé. Là je dois avouer que j’ai un rêve. Recruter un escadron commando, tous débarquer dans un wagon, portable à la main et lancer la Cinquième de Beethov’, où Because the Night de Reed. 
Et finalement, d’un point de vue beaucoup plus perso, je trouve qu’il y a un côté exhib’. La musique de votre baladeur MP3, téléphone ou autre, c’est votre musique. A vous. Vos compils stupides, les morceaux qui vous réjouissent les oreilles et vous font monter le rouge aux joues, votre moment de liberté. Qu’est-ce que vous allez partager ça avec de parfaits inconnus ?
Vous n’êtes pas la lie de l’humanité ou la raison pour laquelle les extra-terrestres ne sont pas encore venus nous sauver. Même pas. Juste une bande de gros mal élevés.
A qui je vais greffer le téléphone dans un orifice totalement inapproprié la prochaine fois que ça se reproduit.
COMPRIS ?
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s