J’habite dans la télévision

Un truc que j’adore, ce sont les grilles de lecture. Pour les petits veinards qui n’ont jamais croisé ce terme, une grille de lecture consiste à lire un texte en adoptant une certaine « vision », celle d’un auteur, d’un critique, peu importe.
Peut-être est-ce parce que mes années en prépa invitaient à la schizophrénie, mais très vite, je me suis mis à lire la vie en général à travers tout un tas de grilles, de plus en plus farfelues. C’est une addiction : je ne peux pas aller chercher le pain sans passer le trajet prisme d’un imaginaire.

(cet exemple n’est qu’un exemple. Je ne vais jamais chercher le pain. Passons)

Une grille de lecture a tout un tas d’avantages. Ca donne du sens, pour commencer. Remède de cheval contre toute velléité de nihilisme, laissez-moi vous le dire. Mais ça n’invite pas non plus à un optimisme béat. Essayez de voir le monde à travers les pages de Grass, ou de Yoko Ogawa, période Hôtel Iris. Pour rire.
Le plus drôle, c’est de ne pas les choisir. Ca implique un imaginaire bien fourni et je le dis sans rougir : je suis dans ce cas. Dans ces moments là, les visions s’imposent en pochette-surprise, hilarantes d’inutile.

Il y a un quart d’heure, je m’en suis prise une dans le coin de la figure. Pas de sens, encore du jeu vidéo. Je soupçonne la proximité des ados. Ben oui, j’ai enfin fait ma rentrée, figurez-vous. Bardé d’appréhensions, bien entendu. Ce qui fait que lorsque les loulous ont un peu élevé la voix histoire de connaître mon seuil de tolérance au bruit, je suis passé en mode commandant de bord face à une mutinerie.
Et ce fut le silence sur la steppe.
Cours calme. Evident, simple. Les heures qui s’écoulent sans les voir.
En noir dans un carré jaune en fait…

Collège rural

Distances réduites, comme pour juste les simuler

Sourire des autres, moi un peu en retrait, paroles muettes.

Presque de la brume.

Je passe des lunettes magiques… me voilà prof sur les rives d’Inaba. A regagner le soir mon petit logement, famille, chaleur famille.

Oui mais…

Dans Persona 4, grille de lecture adaptée, il y avait une toute autre petite chose. On affrontait tout un tas de pièges mortels dans un monde fantasmagorique !
Bon sang c’est vrai… Demain, je découvre mon deuxième collège, celui de G.
Per-so-n

Publicités

Une réflexion sur “J’habite dans la télévision

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s